Free bloque les publicités

Free a lâché une bombe ce jeudi en modifiant le logiciel de la Freebox Revolution. Et pas n’importe quelle modification puisque celle-ci bloque de nombreuses régies publicitaires. L’erreur de Free est d’avoir activé cette fonctionnalité par défaut sans en avertir ses clients.

Google en ligne de mire

La raison est toute simple. La principale cible n’est autre que Google qui refuse de participer au développement des réseaux des fournisseurs d’accès à Internet français, et donc celui de Free, alors qu’il envoi de plus en plus de données depuis son service Youtube.

Avec le temps, les ressources engorgent les réseaux et nécessitent des investissements lourds que les FAI ne veulent plus supporter seuls.

Free a donc décidé de frapper Google au portefeuille en bloquant l’affichage des publicités en provenance de la régie Adsense de ce dernier.

Free déclenche la colère des webmasters

Cela a causé un problème de taille puisque, en dehors du fait de toucher Google, cela pénalise de nombreux webmasters dont le modèle économique de leurs sites repose sur la publicité. C’est l’activation par défaut de ce blocage qui a déclenché la colère des blogueurs.

Ils crient au scandale et parle d’une atteinte à la neutralité du Net. Ils ne sont pas contre le blocage de la publicité tant que c’est l’internaute qui le décide par lui-même en installant un logiciel ou un plugin (Firefox, Chrome) tel que Adblock Plus.

Chaque abonnée de Free possédant la Freebox Revolution peut désactiver (ou laisser activer) le blocage de la publicité. Pour ce faire, il suffit de se rendre dans les paramètres de la Freebox.

Dans Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité, vous pouvez agir comme bon vous semble. Il vous suffit de redémarrer la Freebox pour que le nouveau réglage soit pris en compte.

Blocage de la publicité

Certains webmasters lancent une chasse aux sorcières

Si je suis à 100% derrière les blogueurs dont les ressources financières sont mises en danger par cette décision unilatérale de Free, je le suis beaucoup moins quand certains menacent de bloquer l’accès à leurs sites aux Freenautes. Ils ne sont pas responsables d’une décision qui ne leur appartient pas.

Un message d’avertissement indiquant aux Freenautes qu’en ayant le blocage de la publicité activé par défaut ils pénalisent le blogueur serait amplement suffisant. C’est bien de vivre de la publicité mais il faut aussi admettre que certains internautes en ont marre d’être inondés de pub dès qu’ils visitent un site.

D’ailleurs, il suffit d’installer Ghostery pour se rendre compte à quel point les publicitaires nous traquent pour nous proposer des publicités toujours plus ciblées.

A moins que le problème réel ne soit le fait que les internautes lambdas se rendent compte qu’ils existent des outils pour bloquer les pubs et autres trackers.

Avec le bruit provoqué par cette action, tous les médias en ont parlé. On ne touche plus simplement les geeks mais des millions de Français. Certains d’entre eux vont se poser des questions à n’en pas douter. Ce sera nettement plus dangereux pour les blogueurs qu’une simple option désactivable.

Free s’offre gratuitement un coup de com

Quoi qu’il en soit, Free s’est offert un coup de com puisque la toile n’a parlé que de cette affaire depuis 48h.

D’après les dernières informations, ce blocage devrait être levé entre dimanche et lundi. Free n’a pas confirmé cette information et je n’en sais pas davantage si cette option apparaîtra toujours dans les options de configuration de la Freebox.

Je voudrais terminer ce billet en rappelant que si Free a été maladroit en activant par défaut le blocage de la publicité, il ne faut pas oublier qu’il est le seul FAI à faire bouger les choses. On lui doit l’offre triple play en illimité (téléphone, internet, télévision) quand les autres FAI nous facturaient le téléphone avec les minutes indivisibles.

C’est aussi grâce à lui que nos factures de téléphones mobiles ont fondu depuis un an. Rien que pour ces services rendus, il faudrait éviter de lui cracher dessus sans réfléchir un minimum aux raisons qui l’ont poussé à agir ainsi, même si l’on est pas d’accord avec sa méthode.

Écrit par Charlotte le dans Technologie et trucs inutiles

Parlez-en autour de vous

Laissez-moi votre avis

Nom

Adresse de contact

Site web

Commentaire

Code de sécurité : kbwfp39rqh